jeudi 25 avril 2013

Profondeur & Tristesse ....... Choix de Vie


"Car où il y a abondance de sagesse, il y a abondance de chagrin ; et celui qui s'accroît de la science, s'accroît du chagrin."
dit L'Ecclésiaste.

Propos facile à vérifier en fait. Quand on arpente le chemin de la "Connaissance", la découverte de soi et du monde qui nous entoure, on passe à travers un florilège peu soupçonné de sensation.

Changement de Focus




Partant d'une approche où ce qui nous importe le plus est notre personne et nos proches, on fait connaissance avec le reste de l'Existant.

 Ça peut être de manière graduelle, un domaine après l'autre. La découverte d'autres secteurs d'activité dont l'intérêt nous était insoupçonné, les détails d'une culture étrangère qui arrivent à nous fasciner, autant de choses.

 Ça peut également être un réveil général, une sorte d'illumination, compréhension ou tout simplement .... remise en question.

Pour ceux prèt à aller plus loin, des analogies entre les gens, les choses, les modèles deviennent plus visibles. On s'en inspire, s'en émerveille, ou s'en lasse.

Les plus sensibles développent leur empathie, les moins leur sympathie. Mais cette ouverture à l'Existant rime aussi avec la prise de connaissance de ses souffrances, l'absence de Justice (tel que nous la percevons) qui y règne, les prédispositions de l'Homme a faire du tord à ses semblables, La .... vanité.

 Oui, point important quand on décide de mener des réflexions, voir méditations existentielles. On se rend compte que l'inéluctable peut arriver à n'importe quel moment, et nous le percevons  comme un échec. D'autant plus que ceux menant une vie moins profonde sont soumis à la même vanité, on peut en venir à se demander, pourquoi se donner autant de mal ?

On se rend également compte du fait que l'insatisfaction est un trait de caractères plutôt bien partagé par notre espèce. Nous désirons des choses qui nous lassent une fois que nous les avons. Toujours en quête perpétuelle, les yeux rivés vers le futur, l'idéal à atteindre.

Nos efforts ne sont pas toujours récompensés, conscient de l'état des choses et voulant en général le changer, nos actes manqués (Oui .... j'évite soigneusement le mot échec) nous pèse énormément, l'injustice de ce Monde nous étreint au plus profond de nous, et le fait de voir des personnes moins soucieuses de leur environnement  s'en sortir à meilleur escient peu pour certains transformer une déprime ou mauvaise passe en abandon.

Retour Vers Soi....



Après avoir expérimenter et ressenti La vanité, La souffrance de ce monde, son injustice, il convient de faire un retour sur soi. Savoir qu'elle est la place qu'on occupe et qu'on souhaite occuper dans cet ensemble.

Vu que tout a une fin, ignorer la vanité. La vie est un voyage, en profiter comme tel et accorder peu d'importance au "destination". Nos cap sont des destinations, la mort aussi. Mais ce qui est et sera le plus important quand tout sera fini, sera comment on a vécu, comment s'est déroulé le voyage.

Toujours faire le mieux pour penser les plaies de ce monde autant que faire se peut. Changer le monde peut raisonner comme une formule réchauffée à toute les sauces, il est plus simple de ce dire : "Je ne laisserai certainement pas ce monde dans le même état que celui dans lequel je l'ai trouvé."

Les tentatives non fructueuses ne doivent nous arrêtez en rien. Toujours réessayer, ne pas éviter à recommencer, apprendre des expériences précédentes, s'inspirer de la simplicité, se laisser guider par sa passion.

.....Et vers Les Autres



Une telle remise en question interne nous donne une nouvelle façon d'entrevoir notre vie et nos interactions avec les autres.

Ce qui nous rend heureux ce résume dès lors plus à ce qu'on fait, qu'à ce qu'on a ou désire.
Le temps, les délais ne sont plus vraiment des contraintes, on s'occupe plus à faire les choses comme il se doit (Dans ces conditions, le temps pris sera forcement le bon, sans regard des prévisions qui sont souvent soit sous-estimées, soit surestimées).

On arrête de chercher le bonheur ..... On le crée et le repend autour de nous.



Dans cette prise de conscience de ce qui nous entoure et de tout ce qui nous échappe, généralement deux formes de sentiments peuvent émaner de nous : soit on se lasse/détache de tout, soit on s’émerveille de tout.

Que choisirez vous ?

"La Simplicité est la sophistication suprême."
disait Da Vinci, peut être est ce la, un des mystères de la vie, somme toute.



Douala, 01h14 ....

Emerveillé par l'harmonie de la mélodie que je suis et ....par la vie :-).





Aj

Aucun commentaire:

Publier un commentaire